Accueil > Le blog du kayak pliant > L’embouchure du Xanthe

L’embouchure du Xanthe

jeudi 24 juin 2004

Après Kekova, nous retrouvons les joies du camping. L’endroit est idylique, c’est là que le fleuve Xanthe se jette dans la mer Egée... Nous plantons la tente au milieu des lauriers rose.

L’antique citée de Xantos se dresse à quelques kilomètres de notre camp.

JPEG - 183.2 ko

Et pour finir la plage qui borde la mer est un endroit ou viennent se reproduire les tortues de mer...

Le vent souffle de la mer pile dans l’axe de la rivière, le jeu consiste à remonter le courant poussé par le vent et à redescendre vers la mer avec le flot ...

En route vers Xanthos ! Le kayak est ficelé sur la voiture.

Xanthos était la plus grande ville de la Lycie antique. Elle fut habitée depuis le VIIe siècle avant J.-C. jusqu’au XIIe siècle. de notre ère et a gardé des vestiges de toutes les périodes de cette histoire longue de 19 siècles.
Les Lyciens qui l’habitaient avaient une civilisation originale. De souche anatolienne, ils parlaient et écrivaient une langue apparentée au groupe louwite - le lycien - dont on a retrouvé de nombreux textes mais qui reste encore mystérieuse. Situés à mi-chemin entre l’Orient (Empire perse) et l’Occident grec, ils subirent les influences croisées de leurs voisins, ce qui se traduisit par un art très particulier dont on trouve sur place de nombreux témoignages (sculptures, tombes). Xanthos était le siège d’une dynastie soumise à l’autorité du roi de Perse par l’intermédiaire d’un satrape. Au IVe siècle, la conquête d’Alexandre la fit entrer dans le monde grec. Elle commença à perdre son importance mais demeura un enjeu entre les souverains grecs qui se disputaient la côte de l’Asie Mineure (elle fut notamment aux mains des Lagides pendant tout le IIIe siècle). La ville antique était très grande et plusieurs de ses monuments sont encore partiellement debout : rempart, théâtre, tombeaux, mais aussi vestiges de plusieurs églises chrétiennes.

Pique nique en route vers Fetiye, dernière étape avant de retourner à Ankara

Une dernière petite nav’ en mer, histoire de goûter l’eau salée avant de retrouver notre steppe anatolienne...

Répondre à cet article